C`est une somme étonnante. Cependant, c`est le genre de dépense qui peut devenir nécessaire si nous voulons stopper la calamité qui fait face à l`Arctique, dit DESCH, qui, comme beaucoup d`autres scientifiques, s`est inquiété du changement de température dans la région. Ils disent qu`il est maintenant le réchauffement deux fois plus rapide que leurs modèles climatiques prédit il ya quelques années et soutiennent que l`accord de Paris 2015 pour limiter le réchauffement planétaire sera insuffisant pour empêcher la glace de mer de la région disparaissant complètement en été, peut-être par 2030. Les deniers du changement climatique affirment que cette perte est assortie de gains dans la glace de mer autour de l`Antarctique. Ça ne l`est pas. Les fluctuations de la glace Antarctique sont légères par rapport à la couverture de chute de l`Arctique et si vous combinez les changements aux deux pôles, vous trouverez plus d`un million de km ² de glace a été perdue dans le monde entier en 30 ans. Une enquête sur le Web de 38 questions a été distribuée aux radiooncologues qui ont complété une formation spécialisée entre 2000 et 2010. Cette enquête représente la première évaluation formelle de l`initiation à la carrière de la main-d`œuvre canadienne en radiation oncologique. Il fournit des données objectives sur la démographie de la main-d`œuvre et comprend la formation et les habitudes d`emploi des radiooncologues des programmes de formation canadiens. Il illustre les préoccupations importantes que les radiooncologues ont sur les possibilités d`emploi du personnel au Canada après l`obtention du diplôme et insiste sur la nécessité d`une stratégie nationale coordonnée dans la gestion des ressources médicales. La planification de la main-d`œuvre coordonnée des services de radiooncologie au Canada a eu une histoire troublée.

Au cours des années 1980 et 1990, la pénurie de radiooncologues a contribué à des charges de service inacceptables et à des temps d`attente prolongés pour la radiothérapie, incitant certaines provinces canadiennes à envoyer des patients aux États-Unis pour des traitements de radiation. 1, 2 Malgré les efforts fructueux déployés pour attirer les étudiants en médecine du Canada aux programmes de formation en oncologie pour combler le déficit de dotation, les diplômés ont été accueillis avec peu de possibilités d`emploi en raison d`un financement local inadéquat et inopportun pour l`expansion du centre de cancérologie et recrutement de médecins. 3, 4 le manque de disponibilité de l`emploi a entraîné une forte baisse du nombre de résidents en radiation d`oncologie au Canada à la fin des années 1990 en raison de coupes dans les postes de stagiaires, les résidents quittant la spécialité avant de terminer la formation, et en déclin l`intérêt des étudiants en médecine dans la spécialité. 5 pour étudier les caractéristiques de l`emploi et de la formation des diplômés du programme canadien de formation en oncologie et des diplômés de médecine étrangère ayant une formation post-universitaire ou un spécialiste en radiothérapie en oncologie canadienne Certification.